Pour_illustrer_Magritte

- Hum, Hum !

Virginie se réveilla en sursaut dans son lit. Il y avait quelqu’un dans sa chambre. Le cœur battant, les oreilles aux aguets, Elle scrutait la chambre éclairée par la lumière de la lune. Elle ne vit personne. Son réveil de voyage indiquait trois heures du matin. Elle avait dû rêver. Elle se recoucha.

- Aïe.

Elle se leva d’un bond faisant valser la table de nuit et renverser sa lampe de chevet. Fébrilement, Elle tâtonna pour trouver l’interrupteur du plafonnier. D’une main tremblante, elle poussa le bouton interrupteur.  La lumière ne lui révéla pas la présence d’intrus La porte de sa chambre était toujours fermée. Elle s’avança pour vérifier. Elle était verrouillée. Cela ne voulait rien dire. Elle n’aimait pas les chambres d’hôtel avec ouverture à badge parce qu’elle n’était pas certaine de se retrouver en sécurité. Prenant son courage à deux mains, elle se mit à la recherche de l’intrus : salle de bain, placard, sous le lit. Personne. Pourtant, elle avait bien entendu quelqu’un dire  « aïe ». Il n’avait pas pu s’évaporer. Elle inspecta une nouvelle fois sa chambre. Personne. Elle avait dû soit rêver soit avoir une hallucination auditive. Elle ne voyait pas d’autre explication possible. A moitié rassurée par cet embryon d’explication  elle se recoucha.

Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant sur son oreiller une étrange enveloppe. Comment cette enveloppe avait atterri là ? Elle en était sûre, elle n’y était pas quand elle s’était couchée. Qui avait pu la déposer ? A quel moment ? Un inconnu s’était donc bien introduit dans sa chambre, elle n’avait ni rêvé, ni halluciné. Elle flippa.

Pour quelle raison, il avait laissé cette enveloppe. Quel drôle de forme, elle avait ! Elle était affublée d’oreilles et d’une bouche et ne comportait aucune inscription. L’explication devait se trouver à l’intérieur. Il devait y avoir une explication. Elle devait en avoir le cœur net. Virginie tendit la main pour la prendre. Elle suspendit son geste quand les lèvres commencèrent à remuer. Virginie commença a douté sérieusement de sa raison ou alors elle était en train de rêver toute cette histoire se dit-elle pour se rassurer. Elle rêvait qu’une enveloppe lui bougeait les lèvres. Quel étrange rêve ! Mais quand on rêvait pouvait-on se parlait à soi-même comme elle le faisait ? Elle se pinça ! Ouille ça faisait mal. Elle rêvait peut être aussi qu’elle venait de se pincer. Alors, elle recommença plus fort cette fois-ci. Elle se fit un mal de chien. Elle ne rêvait donc pas, elle était en train de devenir folle tout simplement. Elle avait à la fois des hallucinations auditive et visuelle.

Non ! Cette enveloppe était bien réelle. Elle était là devant elle. Pour s’en assurer, elle attrapa l’enveloppe et la retourna dans tous les sens.

- Ce n’est pas fini ! Oui ! Vous me donnez le tournis aboya l’enveloppe

Virginie la relâcha brusquement surprise par le ton agressif de cette étrange excitée. Cette dernière retomba élégamment sur l’oreiller.

- Ce message s’adresse à Virginie Duchemin. Dit l’enveloppe d’une manière pompeuse

- Mais c’est moi s’exclama Virginie éberluée.

Ce n’était pas un rêve, c’était un cauchemar !

- Evidemment que c’est vous ! Je suis une professionnelle, que croyez-vous ! Je disais donc avant d’être interrompu que ce message s’adresse à Virginie Duchemin.

Mademoiselle,

Vous êtes invitée à participer à la prochaine blague partie qui se déroulera le 27 juin prochain. Vous recevrez en guise de mise en bouche le lieu de cette partie sous forme de jeu de piste du rire.

Si pour une raison indépendante de votre volonté vous ne pouviez vous joindre à nous, veuillez nous en informer par retour de courrier.

Cordialement

L’équipe organisatrice

Elle était victime d’une mauvaise blague ! Virginie ne goûtait pas du tout à cette blague, elle qui était dénuée d’humour. Ou pire encore, c’était une caméra cachée ? Il y avait un truc. C’était donc cela, se dit-elle soulagée. Elle n’était pas folle. Pour découvrir le fin mot de l’histoire, elle décida de rentrer dans le jeu.

- Qui peut bien m’envoyer une telle invitation ? Interrogea la jeune fille

- L’expéditeur souhaite rester anonyme lui répondit l’enveloppe.

J’avais deviné juste pensa intérieurement Virginie. Je dois continuer ce petit jeu. Maintenant que je découvert le fin mot de l’histoire, je vais pouvoir leur damer le pion !

- Pourquoi m’invite-t-on ?

- Qu’est-ce qu’en sais ! Je suis la messagère. Point ! Bon alors vous me la donnez votre réponse ? Je n’ai pas toute la nuit devant moi s’impatienta l’enveloppe

- Comment je fais pour répondre ?

- Mes oreilles servent à quoi d’après vous !

- Ah ! Euh ! Voilà ! Je ne participerai pas à cette blague partie.

- Attendez, Je n’ai pas fait tout ce chemin pour entendre un refus. Vous participez à cette blague partie. Je n’entendrai pas une réponse différente. Sommes-nous d’accord ?

- Euh…

- Parfait. Je valide votre réponse. Au revoir.

Dan un pfffffffff, l’enveloppe disparut laissant planter là, la pauvre Virginie interloquée. Elle attendit un petit moment, rien ne se passa. Personne ne pénétra dans sa chambre en criant :

-          surprise, c’est pour la caméra cachée !

Après plusieurs minutes, Virginie se rendit à l’évidence : Elle était en proie à une grosse fatigue ce qui provoquait chez elle des hallucinations. Après quelques heures de sommeil, tout rentrerait dans l’ordre. Du moins, l’espérait-elle. Elle se recoucha.

Toc, toc.

Virginie se réveilla avec difficulté. Elle venait à peine de s’endormir. Mais, non le soleil inondait la chambre de sa lumière aveuglante. De nouveau, on frappa à la porte. Avec difficulté, elle s’extirpa du lit. Elle alla ouvrir la porte. Sur le seuil se tenait un coursier.

-          Mademoiselle Virginie Duchemin ?

-          Oui, c’est moi répondit-elle encore ensommeillée.

-          Cette enveloppe est pour vous. Vous signez le reçu ?

Virginie signa. Le coursier lui remit l’enveloppe sur laquelle étaient indiqués son nom, le numéro de la chambre et l’adresse de l’hôtel. Elle ouvrit prestement. Elle contenait plusieurs feuillets. Elle lut le premier.

Mademoiselle,

Nous vous remercions pour votre participation à la blague partie.

Veuillez trouver ci-joint le jeu de piste du rire.

Nous sommes heureux de vous accueillir le 27 juin prochain

Bonne chance et bonne chasse.

L’équipe organisatrice.